mercredi 25 juillet 2007

Fatale découverte

Le dimanche soir réserve bien des surprises (peut-être parce que celui-là achevait deux excellentes journées bordelaises). Une personne dont je dois taire l'identité me demandait en effet en PS d'un message « je suis à la recherche d'un didjeridoo et d'un djembé, aurais tu ça dans tes valises ? ».

Mes souvenirs de djembé sont limités mais unanimes. Du haut de cette expérience traumatisante, je peux conclure une chose remarquable entre toutes. Neurasthéniques ou contemplatifs, les joueurs de djembé réussissent toujours le tour de force de jouer le même morceau au bout d'un certain temps : une pulsation continue (en boucle infinie) qui donne soit envie de tuer, soit envie de devenir sourd. Et là, je me retiens d'en rajouter vingt lignes de tartine sur le sujet tant le djembé me hérisse.

On comprendra aisément ma réaction face au PS cité plus haut. Je me mis aussitôt frénétiquement en recherche d'éléments raisonnables pour démontrer l'erreur impardonnable d'un achat de djembé. Comprenez par là que mes propres arguments sont de ceux qui justifient une croisade : difficiles à expliquer car tenant plus d'un réflexe conditionné meurtrier que d'un discours élaboré. Mais je m'égare... Gardons à l'esprit qu'il était de mon devoir d'humain de sauver mon innocente correspondante des forces du mal djembique avec des idées rationnelles. J'ai donc demandé à l'oracle Google de me trouver des gens qui n'aimaient pas le djembé (en tapant « djembé mal »).

Et force est de constater que je n'étais pas seul à résister. Je fis ainsi une découverte incroyable... Des gens ont écrit une chanson sur le sujet : oui, des gens dont je ne connaissais guère que le nom ont su dire avec des mots mieux que mes mots ce que je pensais. J'ose le dire : la vache ! Saluons donc ici Les Fatals Picards, béni soit ce groupe illuminant entre tous !

« Si la liberté, c'est d'jouer du djembé
Alors je veux être en Suisse pour pouvoir te dénoncer.
Djembé devrait pas rimer avec fin de soirée
C'est avec amputation des membres que ça d'vrait rimer
Ou Karaoké avec sa belle-mère ou goulag ou prison à vie sans eau.
Si on classait ton bordel sur l'échelle de Richter,
Djembé Man c'est vraiment sûr : il manquerait des barreaux.
»

Les Fatals Picards, Djembé man [ paroles / vidéo à voir ].



Note pour plus tard : toujours penser à se documenter sur des sujets particulièrement insignifiants.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

je suis Anne O'Nym et le djembé, ça déchire sa race.

spondy a dit…

D'ailleurs voici un bouquin qui pourrait bougrement t'intéresser :
http://accel6.mettre-put-idata.over-blog.com/0/27/24/77//quesaisje.jpg

le Spib a dit…

Décidément, pour dénicher des perles pareilles, tu mérites amplement ta profession . ^_^

spondy a dit…

Merci.

Au fait, c'est un peu galère de retrouver les anciens billets, tu pourrais pas mettre des rubriques pour classer tes billets par mois ? Sinon ça galère un peu...