mercredi 18 avril 2007

Fin de semaine au poil

Le week-end dernier fut intéressant à plus d'un titre. Il s'agissait avant tout d'abord d'un week-end prolongé : rien que ça, c'est un bon début.

Il s'agissait aussi d'un week-end tout à fait inhabituel puisqu'il a conduit le sédentaire que je suis à aller dès vendredi midi du côté de Bordeaux rejoindre un ami et sa charmante p'tite famille.

Le fils de la famille m'a reconnu après presque un an sans qu'on se soit vu... et il n'a pas été, selon source parentale, très farouche avec ma pomme. Ce p'tit fait très plaisir à voir, d'autant plus que l'on sent la personnalité et l'intelligence poindre plus que le bout de leur nez. Ainsi, il parle à la deuxième personne mais convertit les « tu » et « te » en « je » et « me » si on lui demande qui parle et si on lui demande alors de corriger. Ses phrases semblent bien plus compliquées, sa mémoire tourne à plein régime au point qu'il se récite parfaitement tout seul ses livres en en tournant les pages... Attention : un futur génie nous arrive ! ;o)

Mon passage à Bordeaux fut aussi l'occasion de célébrer l'anniversaire (décalé) de cet ami et de lui faire découvrir Bomberman. Qu'il n'ait pas eu connaissance de ce jeu diabolique avant d'avoir atteint un âge vénérable m'étonne encore. :o)

Une visite d'un équivalent local de Tang Frères, une séance de badminton, une évaluation de l'âge de mon cerveau (plutôt humiliante pour le susmentionné ami), un combat épique de ricochets et moults affrontements par Puzzle Bobble ou Mario Kart interposés (exécutés en simultané avec un tournoi de nargue) ont très largement rempli par ailleurs ce week end jusqu'au dimanche matin.

Car, déjà, je devais repartir pour la Capitale enfin d'entendre Euterpe, mon excellente prof en concert (ce que c'est bô la harpe quand c'est bien joué) et pour ensuite recevoir à domicile quelques connaissances pour partager ceci :

Un kouign aman, miracle de la gastronomie bretonne.

Les amateurs éclairés auront reconnu un kouign aman (guère épais d'un demi centimètre). Le meilleur du Finistère Nord selon des avis tout à fait chauvins et rigoureusement exacts : celui concocté par la boulangerie Perennou de Lannilis. Pour rappel, un bon kouign aman se reconnait selon mes sources au fait qu'il vous laisse un peu de graisse sur le coin des lèvres après une ou deux bouchées...

Inutile de vous le cacher plus longtemps : ce fut un très bon week-end. Avec celui plus familial de Pâques où l'on sort les jeux de société, voilà deux bons week-ends consécutifs et ils méritaient bien une mention dans mon blog'note... ne serait-ce que pour qu'un de mes lecteurs s'y retrouve cité. ;o)


Note pour plus tard : persister sur cette tendance à passer de bonnes fins de semaine.

1 commentaire:

antzandtreez a dit…

c'était un week end bien chargé ! J'espère que tu en prévois d'autres comme ça pour l'été à venir.